AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Background de Ceux Qui Marchent

Aller en bas 
AuteurMessage
Tsuba
Matriarche de la Maison Shimen
avatar

Féminin Date d'inscription : 26/04/2005
Nombre de messages : 2334

MessageSujet: Background de Ceux Qui Marchent   Ven 11 Juil - 0:13

CEUX QUI MARCHENT
Histoire officielle des Marcheurs


Plusieurs années de jeu ont construit peu à peu un filigrane roleplay dont nous nous servons pour le simple amusement et le plaisir qu'apporte une forme de cohérence motivant les entreprises et actions de leurs personnages ; cela contribue tout simplement à créer une bonne ambiance de jeu et c’est tout simplement source d’amusement.

Plus de dix années de jeu vécues par de nombreux joueurs, ensemble ou séparés, se trouvent donc synthétisées ci-dessous. Bien que plutôt long pour un background, il est difficile de résumer davantage l’ensemble des aventures de nos personnages, de leurs entreprises et interactions avec les diverses communautés des mondes qu’ils traversèrent.


Les origines

À l'origine se trouvent plusieurs amis, venant de la guilde des Robinwoodeurs du Nord et du Clan Jay, toutes deux réputées en leur temps au sein du Monde des Douzes. Celui-ci avait vu le niveau et les mentalités de ses habitants se dégrader au point de virer dans un chaos de crasse inculte générateur des comportements les plus imbécilement nuisibles qu'il soit : ce monde avait vécu et plongeait lentement dans un abime sans fond, précurseur et annonciateur de la fin des temps tel que le prédisait une légende et prophétie oubliée de toutes et de tous... Ce monde allait mourir et ces compagnons ne parvenaient pas à s'y résoudre.

Parmi eux s'en trouvaient deux qui s'exercaient au Voyage entre les Mondes : l'une parvenait à rallier d'autres mondes en passant par le Royaume des Morts tandis que l'autre usait pour cela de ses talents de Haut-Rêveur. Ensemble ils transmirent leur pratique aux autres de leurs compagnons, se préparèrent avec sérieux à quitter ces terres où certains connurent gloire et honneur, avant de se séparer, chacun dans une direction différente du Multivers, tant pour ne pas succomber à la destruction de leur monde que dans le but d'un jour y revenir pour enrayer celle-ci. Ainsi fut initiée la Première Marche.


La Première Marche

Elle les mena en bien des endroits : le Monde des Douzes à ses différentes ères, en Norrath, en Tyrie à diverses époques, mais aussi en de nombreux univers où les compagnons ne firent que passer sans y prendre pied davantage… En ces mondes ils montèrent et donnèrent vie à des entreprises variées destinées à soutenir leurs recherche : toujours et encore, en quête de réponses à leurs questions.

C’est au cours d’un de ces Voyages que plusieurs d’entre eux se risquèrent à avancer à l’époque postèrieur à la destruction de leur monde d’origine. Dans ce monde ravagé par le chaos, tout était à reconstruire, les peuples survivants se déchiraient des terres instables où ne régnaient plus que la peur et la mort. Les compagnons se mirent en marche, cherchant des signes, des pistes leur permettant de comprendre les rouages de cet apocalypse qui avait ainsi détruit leur monde premier.


Les Marcheurs

Sur leur route, ils croisaient des survivants, des égarés, des fous. Certains s’étaient réunis en tribus, d’autres vivaient isolés, mais tous, même les plus agressifs et véhéments, étaient habités par la peur. Les compagnons s’arrêtaient parfois quelques temps en un lieu pour y mener leurs études. Ils prodiguaient alors soins et paroles apaisantes à qui venaient les rencontrer, insufflant l’espoir dans le coeur des résignés. Peu à peu, au fil de leur traversée de ce monde, ils donnèrent naissance, sans s’en rendre compte, à un élan fraternel et solidaire : peu à peu, et tandis que les cieux s’apaisaient de leur colère oppressante, les habitants de ce monde reprirent confiance en l’avenir et ne se soumirent plus à ce qui leur semblait une fatalité. Au fil du temps des villageois se mirent à suivre nos compagnons, composant peu à peu un groupe de fidèles qui allaient de villes en villages, de sites anciens en lieux nouveaux. Certains s’installaient alors, tandis que d’autres se joignaient à la marche ou même entamaient la leur avec courage, essaimant chaque jour un peu plus des paroles qui, pour les gens de l’époque, furent la dernière branche à laquelle se raccrocher, puis le moteur de la reconstruction de leur monde. Au fil de leur pérégrination, les habitants de ce monde en vînt à nommer ces compagnons et ceux qui les accompagnaient en les désignant comme étant “Ceux qui Marchent”, les “Marcheurs”. Ce fut la Seconde Marche.

Lorsqu’ils se rendirent compte de l’élan qu’ils avaient insufflés, les Marcheurs originels avaient dû déjà se détourner de leur mission première tant ils étaient sollicités. D’explorateurs en quête de compréhension, ils étaient devenus les leaders charismatiques de pélerins en quête de sens et d’espoir. Ce n’était pas leur but et même, cela les déservaient alors. Conscients de leur responsabilités, car même s’ils tout cela leur avait échappé ils se réjouissaient de voir ces peuples se relever, ils avisèrent la situation, considérèrent que les habitants de ce monde motivés par la reconstruction de celui-ci était assez nombreux et motivés pour prendre leur destinée en main, puis ils disparurent.


Le Clan Jay

Ils ne revinrent que bien plus tard, toujours dans ce Monde des Douzes de l’Ère du Wakfu, menant leurs activités sous le couvert d’une de leurs guildes : il s’agissait d’une entreprise de préservation des espèces permettant à assurer à ce monde de ne jamais connaître la pénurie de grain, semence et bouture, ils avaient pied dans le monde politique tout en conservant un statut d’électron libre et indépendant. Sans plus parler des Marcheurs, ils prirent le temps de rencontrer et jauger nombre d’aventuriers autour d’eux, pour s’entourer des meilleurs, de ceux dont l’esprit faisait montre de force, de droiture, de loyauté et de bon esprit, dont les valeurs reposaient sur l’amitié, la fraternité, l’entraide et le partage, pour le bien commun.

Puis vint le moment où ils estimèrent qu’il était temps de reprendre la marche. Ils se dévoilèrent alors à leurs compagnons de guilde, à ceux avec qui ils travaillaient de concert, leur proposant implicitement de franchir le pas et de se joindre à eux. Les Marcheurs reprirent alors leur Voyage et quittèrent le Monde des Douzes et cette Ère du Wakfu. Beaucoup ne comprirent pas et vécurent cela comme un abandon, alors qu’il s’agissait en réalité d’une proposition plus vaste, basée sur un pacte d’amitié éternelle, au-delà des frontières des mondes. Il y en eut, cependant, pour saisir le sens de cette Troisième Marche et y ajouter leur pas.


La Maison Shimen

S'ensuivit une période floue, éprouvant leurs liens, où les amis de toujours, parfois isolés les uns des autres même si en petits groupes, virent certains disparaître loin d'eux. En des mondes si distants, le groupe, sans que chacun, confiant, ne s'en rende vraiment compte avant d’en faire l'amère expérience, commença à subir une lente et sournoise dissolution… Jusqu’à la destruction de la Maison Shimen.

La Maison Shimen était une vaste demeure et propriété, sise en un ailleurs hypothétique, construite pour être un havre pour les Marcheurs. Fondé et géré par une des Marcheuses originelles, ce lieu était destiné à préserver et étudier les connaissances acquises par les Marcheurs, tout en leur fournissant un lieu de repos, dissimulé dans les interstices des Mondes. La Maison Shimen devint rapidement le quartier général des Marcheurs, lorsque ceux-ci, bien que de moins en moins nombreux à le faire, rentraient de leurs Voyages.


Les Hors-Temps

Les années s’étaient écoulées, nombreuses au point que certains des Marcheurs originaux, à force de Voyages bousculant leurs temporalité, étaient peut-être devenus des Hors-Temps. Bien que toujours animés par cette volonté de comprendre, leur motivation s’était élargie : ayant été témoins de la genèse et de la fin de nombre de mondes, ils en étaient arrivés à ne plus se sentir spécialement concernés par le leur, mais plutôt à étendre leur volonté de comprendre ces cycles de création et de destruction. Certains parmi eux en vinrent même à accepter ce mouvement perpétuel, à le considérer comme naturel et relevant de l’ordre des choses. Les Marcheurs passaient du rôle d’acteur à celui d’observateur en quête de compréhension pure. Bien évidemment, ce revirement vers la passivité, bien que les amenant à prendre assurance, les fit justement baisser leur garde.


Genèse de la fin

La matriarche de la Maison Shimen avait occupé ses dernières années à étudier les cycles cosmogoniques des mondes dont ses compagnons relataient les récits. Les Scribes de la Maison Shimen compilaient l’ensemble des notes de Voyages ainsi ramenées, et elles les étudiaient avec le concours de ses érudits. Une chose piqua sa curiosité : dans chacun de ces mondes, quels qu’ils soient, toujours au début et en fin de toutes choses, apparaissaient, sous une forme ou une autre, la présence influente des Dragons. Elle en informa ses compagnons qui ainsi dirigèrent leurs recherches sur cet axe, puis, elle qui, jusque là, n’avait pas quitté sa demeure, avisa que rien ne semblait menacer les siens, et se mît à Voyager de nouveau. Ce fut d’abord en des mondes proches et pour de courtes périodes, puis plus loin, plus longtemps. Marcheuse originelle, elle eut plaisir à parcourir de nouveau les sentiers aventureux en compagnie des siens et en son coeur elle ressentait une sorte d’exaltation à se sentir, comme eux et après toutes ces années d’aventures, de taille à rencontrer le peuple draconique.


Les Dragons

Les Marcheurs originels se concentrèrent donc sur les Dragons, les légendes et récits y ayant trait. Ils rencontrèrent nombre d’érudits dont les spécialisations portaient sur ce peuple et au fil de leurs découvertes, ils sentirent qu’ils tenaient enfin quelque chose et que la voie qu’ils suivaient avaient un sens. Les Marcheurs persévèrèrent avec opiniâtreté leurs investigations et en vinrent à se trouver mêlés, en différents mondes, à des conflits opposant les Dragons à des factions généralement composée par l’alliance de l’ensemble des autres peuples de ces mondes. Prenant généralement parti pour contrer, avec succès et victoire, l’avancée de Dragons maléfiques, les Marcheurs, exaltés et sûrs d’eux, ne se rendirent pas compte de la colère et de la soif de vengeance qui allaient animer contre eux ces nouveau adversaires.


La chute de la Maison Shimen

Et ce qui devait arriver arriva : profitant de l’éloignement de la matriarche de la Maison Shimen et de l’absence des Marcheurs, les Dragons procédèrent à la destruction pure et simple du domaine, de ses bâtiments et des régions alentours, exterminant sans pitié ses habitants, employés, disciples, anéantissant toute vie, même végétale, avant d’en repartir, certains d’avoir assez affaibli leurs ennemi pour ne plus s’en inquiéter.


L’Appel des Marcheurs

Lorsque le lien avec la Maison Shimen fut rompu, sa matriarche voulu aussitôt regagner son domaine mais ne pu le faire par la voie qu’elle empruntait habituellement, la contraignant à passer, comme elle le faisait autrefois, par le Royaume des Morts pour rallier la réalité de sa maison. Elle ne pu rien faire d’autre que constater l’effroyable énergie mise en oeuvre dans cette entreprise de destruction qui venait de la dépouiller de tout ce qu’elle possédait et pleurer les siens. Après leur avoir donné une sépulture décente et prié pour que les siens lui pardonne, elle rallia Norrath pour s’y replier. De là, elle lança l’Appel des Marcheurs, qui résonna, loin entre les Mondes. Rapidement y répondire plusieurs Marcheurs originels ainsi que de plus jeunes, ayant été formé par des anciens en visite sur leurs propres mondes.


Retrouvailles

C’est ainsi que Naxoco, Eivissa, Tsuba et Seneru, accompagnés dès lors par Isilhin, Isle, Ivarr et Jiro, retrouvèrent ainsi Fraya et Ozako, Squirle et Koroko, qui, restés en Norrath, y maintenaient une enclave. Reprenant leurs marques, réunissant leurs biens et ravivant les liens anciens datant de leur dernier Voyage norrathien, les Marcheuses qui connaissaient ces terres trouvèrent rapidement des moyens pour fédérer leurs forces et ainsi soutenir l’avancée de leurs compagnes et compagnons foulant le sol de Norrath pour la première fois.


Forces nouvelles

Depuis lors, ayant appris par les plus jeunes d’entre eux que des attaques similaires à celle perpétrée contre la Maison Shimen avaient eu lieu en divers de leurs bastions, les Marcheurs se préparent discrètement en leurs repaires : les plus anciennes norrathiennes, parmi eux, mettent à profit les anciens services rendus à certaines factions draconiques, tout en se liant à d’autres afin de découvrir les noms de ceux ayant commandité la destruction de leur havre et la mort de tant des leurs. Les autres Marcheurs, moins expérimentés en Norrath, poursuivent leur avancée, gagnant en force et en maîtrise, en connaissance et en pouvoir, à chaque jour qui passe, tandis que de nouveaux venus se joignent à eux afin d’évoluer en leur compagnie.

Le jour arrive bientôt, où les Marcheurs seront de taille à sortir de l’ombre et à se révéler à leur adversaire...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Background de Ceux Qui Marchent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CEUX QUI MARCHENT, guilde familiale multi-jeux :: Place publique, ouverte à toutes et tous :: Présentation de Ceux qui Marchent-
Sauter vers: